Analyses

Des analyses de la géopolitique énergétique mondiale

Bilans

Les grandes lignes des choix de mix énergétiques à travers le monde

Explications

Tous les chiffres, les faits importants pour bien comprendre

Les politiques énergétiques des États-Unis

La consommation énergétique américaine, qui représente 18% de la consommation mondiale, dépend encore aujourd’hui à 86 % des énergies fossiles. Pour répondre aux besoins de la population, les États-Unis ont d’abord fortement utiliser les importations, avant de miser sur ses propres réserves : pétrole, gaz, charbon et schistes.

 

La politique énergétique américaine sous Obama

 

Durant ses deux mandats, le président Barack Obama a notamment voulu atteindre deux objectifs dans le cadre de sa politique énergétique : tendre vers l’indépendance du pays et réduire durablement les gaz à effet de serre. En effet, les États-Unis sont le deuxième émetteur derrière la Chine.

Dès 2009, lors du sommet de Copenhague, Obama a voulu s’impliquer dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il soutient même une loi fédérale limitant les émissions de gaz à effet de serre, mais cette dernière échouera en 2010.

 

En 2014, alors que la consommation américaine est basée à 86% sur l’exploitation des énergies fossiles, Obama promeut les sources d’énergies renouvelables dont l’énergie solaire et éolienne. Il a ainsi favorisé la production et la consommation de gaz naturel (moins cher et moins polluant), mais également d’énergies renouvelables.

 

Lors de son deuxième mandat, l’ancien président des États-Unis s’est attelé à défendre l’indépendance énergétique de son pays. Il sera en sens signataire des accords de Paris (COP 21). Obama favoriser ainsi la production et l’exploitation du gaz naturel américain et délaisse le charbon, qu’il juge trop polluant. Aujourd’hui, 87% du gaz et 98% du chardon consommés sont également produits dans le pays. Par ailleurs, sous le gouvernement Obama, le pays devient le premier producteur mondial de gaz naturel en 2009, de pétrole et autres hydrocarbures liquides en 2014.

 

La politique énergétique américaine sous Trump

 

Avec l’élection du nouveau président des États-Unis, Donal Trump, en janvier 2017, le monde entier garde un œil sur la future politique énergétique américaine. Pour l’heure, celui-ci n’a pourtant pas remis en cause, en tous les cas officiellement, les accords de Paris.

 

En revanche, sa politique énergétique est clairement tournée aujourd’hui vers la défense de la production et de l’exploitation du charbon. En effet, pour lui, le charbon permettra à l’Amérique de retrouver une indépendance énergétique, tout en relançant la croissance et les emplois.

Le 29 mars, le président Trump signe un décret ordonnant le réexamen de la mesure initiée par son prédécesseur, le « Clean Power Plan », qui impose aux centrales thermiques des réductions de leurs émissions de CO2.

 

Quant à sa position sur le pétrole, il a, pour l’instant, surtout pris le soin de nommer à différents postes de son gouvernement plusieurs personnalités issues de l’industrie pétrolière. Mais l’une des conséquences de la position de Donald Trump sera, à priori, la baisse des prix du pétrole liée à une surproduction. Certains exploitants ont déjà même fermer leurs puits.

En tous les cas, la priorité de M. Donald Trump n’est clairement pas le développement des énergies renouvelables, mais bien la relance du charbon et du schiste. Pour en savoir plus sur la politique énergétique de Donal Trump: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/11/15/97002-20161115FILWWW00024-la-politique-energetique-de-trump-pourrait-faire-chuter-les-prix.php

 

 

 

© 2017 jedd.fr All rights reserved.

 

Nous contacter