Analyses

Des analyses de la géopolitique énergétique mondiale

Bilans

Les grandes lignes des choix de mix énergétiques à travers le monde

Explications

Tous les chiffres, les faits importants pour bien comprendre

Les politiques énergétiques de la Russie

A cause de sa position dominante au niveau mondial tant en ce qui concerne la production des énergies fossiles que ses exportations la Russie ne semble pas encline à développer une Politique prenant en compte les Energies renouvelables sur son territoire.

 

Une économie qui repose essentiellement sur les énergies fossiles

 

Le pétrole et le gaz représentent près de 43% des revenus de la Russie qui est le troisième producteur et consommateur mondial d'énergie. Avec 114 millions de tonnes de charbon elle se place au sixième rang mondial. Deuxième plus grand producteur de gaz au monde, ce sont pourtant les exportations de pétrole qui lui rapportent le plus même si elle n'est que le troisième producteur de pétrole but et de produits pétroliers.

 

Une Politique énergétique qui vise à l'indépendance

 

Les sanctions qu'a subi la Russie en 2014 suite à la crise ukrainienne et la baisse du cours du pétrole ont énormément affecté l'économie russe. La Russie et l'Europe ont besoin l'une de l'autre : 30% des exportations de gaz naturel, 70% de celles du pétrole brut et presque 90% du gaz sont acquises par les pays européens. Pour autant la Russie cherche de nouveaux contrats notamment avec la Chine, la Turquie, le Japon et l'Amérique du Nord. Du fait que la Russie possède les plus grandes réserves mondiales de gaz elle est assurée de rester leader durant les 20 prochaines années. Le développement du gaz naturel liquéfié (GNL) se traduit par la mise en service de l'usine de Yamal en 2017 ce qui va lui permettre de se tourner vers l'Asie du sud-est. D'autre part elle favorise fiscalement les investissements étrangers pour l'exploitation du gaz et du pétrole et l'exploration de la zone arctique.

 

Une politique nucléaire qui vise à l'indépendance énergétique

 

Dans les années 90, Eltsine privatise largement le secteur énergétique. Lorsque Poutine arrive au pouvoir ce secteur est repris en main par l'Etat qui contrôle 30% de la production pétrolière et 87% de la production de gaz. D'autre part une importante réforme du secteur électrique se produit : on observe la disparition du monopole RAOEES (électricité non nucléaire) et on assiste à la revente des centrales à des investisseurs étrangers. Aujourd'hui l'ambition affichée de la Russie est de devenir un des trois premiers pays du monde en industrie nucléaire. La Politique mise en place pour ce qui concerne le nucléaire a pour objectif de produire 25 à 30% de l'électricité en 2030, 45% à 50% en 2050 et d'atteindre 70% à 80% en 2100. Pour autant un renouvellement du parc des réacteurs est nécessaire : 21 des 34 réacteurs russes ont plus de trente ans. Neuf réacteurs sont en construction et 31 autres verront le jour d'ici 2030. Pour plus d'informations: https://www.senat.fr/rap/r09-182/r09-1821.html

 

Les Energies renouvelables, grandes oubliées de la Politique énergétique russe

 

La Russie dispose d'un potentiel énorme en Energies renouvelables qu'elle n'exploite absolument pas. D'importantes ressources hydrauliques en Sibérie centrale et orientale, la géothermie au nord du Caucase et en Bouriatie, l'éolien dans de nombreuses zones climatiques et le solaire dans le sud-ouest de la Russie, autant de possibilités qui permettraient à la Russie de produire quasiment 100% de ses besoins en Energies renouvelables. Mais l'Etat préférant investir dans le nucléaire elles ne sont ni compétitives, ni de qualité.

 

 

 

© 2017 jedd.fr All rights reserved.

 

Nous contacter